Deux groupes d’élèves du lycée viennent de voir leur travail de recherche récompensé par le jury départemental.

A l’occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, le thème national au programme, cette année, visait à étudier "la libération des camps nazis, le retour et l’accueil des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire".

Sensibilisés par le sort des enfants

Pauline Berder et Tristan Le Guirriec de 1re ES2 ont choisi de faire porter leur travail sur "Des enfants et adolescents revenus de l’enfer", à travers le vécu et le témoignage de trois d’entre eux : Simone Veil et Henri Borlant qui, bien des années après leur libération, ont eu la force de rédiger et de publier un livre autobiographique retraçant cette expérience douloureuse et profondément traumatisante. Les dessins naïfs du jeune Thomas Geve, réalisés à l’âge de 15 ans, pendant sa période de convalescence après les camps, ont constitué l’autre support de leur étude. Le sujet choisi et la manière de le traiter ont ainsi remporté les faveurs du jury.

Des adolescents revenus de l enfer -  PDF - 1.6 Mo
Des adolescents revenus de l enfer

Le poids des mots

Camille Coïc (Terminale L) et Elio Le Coz (Terminale ES) ont, quant à eux, prolongé l’aventure entamée l’an dernier.
Déjà plusieurs fois primés en 2014, avec une mention spéciale pour l’épreuve individuelle remportée par Camille et un dossier sélectionné pour être présenté au jury national, ils ont à nouveau séduit les membres de la commission départementale.

Leur réflexion portait cette année sur "les mots" : "des mots pour savoir, des mots pour comprendre, des mots pour transmettre, des mots pour le dire". Elle s’est donc fondée sur de multiples lectures de récits autobiographiques : de Primo Levi (Si c’est un homme) à Ida Grinspan (J’ai pas pleuré), en passant par Simone Veil (Une vie), Sam Braun (Personne ne m’aurait cru, alors je me suis tu), Charlotte Delbo (Auschwitz et après), Marguerite Duras (La douleur) ou encore Elie Wiesel et Jorge Semprun qui ont rédigé ensemble Se taire est impossible .

Prix et récompenses

Le 30 mai 2015 les quatre lauréats ont reçu leurs prix, à l’occasion d’une cérémonie solennelle organisée au pôle Pierre-Jakez Hélias de l’UBO et présidée par le Préfet du Finistère Jean-Luc Videlaine, le Maire de Quimper Ludovic Jolivet et la Vice-Présidente du Conseil Départemental, Armelle Huruguen.

Les lauréats de Laennec à l'issue de la cérémonie de récompenses
Les lauréats de Laennec à l’issue de la cérémonie de récompenses
de gauche à droite : Pauline, Tristan et Camille (Elio était absent)

A cette occasion, outre la récompense qui lui a été décernée pour son travail collectif, Pauline Berder a également reçu, le Prix de Mémoire et Espoir de la Résistance.

Photo de groupe à destination du magazine Pen Ar Bed
Photo de groupe à destination du magazine Pen Ar Bed
Camille, au premier plan, à la gauche de M. J.-L. Videlaine, Préfet du Finistère.
Tristan, en arrière-plan sur la gauche.

Les lauréats ont également été invités, le 3 juin, à visiter le fort de Bertheaume, le poste de direction de Keromnes et le Cénotaphe de la Pointe Saint-Mathieu.

Visite du blockhaus de Keromnes
Visite du blockhaus de Keromnes
Ce blockhaus accueillait le poste de direction de tir de la batterie de Keringar. Il n’y en a que trois de ce type en France.
Échanges avec les deux derniers FFI de Plougonvelin
Échanges avec les deux derniers FFI de Plougonvelin
René Pellen et Roger Priol, fringants nonagénaires, racontant leur engagement au sein de la Résistance.

Ils ont aussi participé à un magnifique hommage aux "Marins résistants morts pour la France".

Émouvante lecture, par Elio, de la dernière lettre de Bernard Maitre
Émouvante lecture, par Elio, de la dernière lettre de Bernard Maitre

Elio a alors eu l’honneur de lire la dernière lettre que Bernard Maître, un jeune marin résistant, membre des FTPF, a écrite à ses parents juste avant d’être fusillé à l’âge de 20 ans. « C’est un mercredi, par un beau matin de février, que mon pauvre corps tombera sous les balles de nos ennemis. […] Je suis né français et mourrai français. […] Je redis avant de mourir les nobles et belles paroles qu’un patriote comme moi a dites avant de mourir :“ Je meurs pour que la France vive”. »

Une cérémonie rythmée par de nombreux chants, de La Marseillaise à l’Ode à la joie en passant par le Choeur des esclaves de Nabucco ou encore trois chansons de Maxime Piolot.
Tous les ingrédients étaient donc réunis pour faire planer une vive émotion sur le site de la Pointe Saint-Mathieu baigné d’un soleil radieux.

Félicitations à nos quatre lauréats !!!

Voir en ligne : Dossier sélectionné en 2014 pour être présenté au jury national

Dévoilement de la photo de Bernard Maître - Alain Méléard, président du comité départemental du prix de la Résistance et de la Déportation, accompagné de 4 lycéens parmi lesquels Elio, dévoile officiellement la photo du jeune marin FTPF fusillé. Les lauréats du concours départemental

Documents à télécharger