A l’occasion de la Semaine de la Solidarité internationale (15-23 novembre 2014), Gaëlle Queffélec, responsable du Point Infos Jeunes de Pont-l’Abbé, a proposé une animation aux élèves de terminales sous forme de débat mouvant.

Réunis dans la salle Autret, près de soixante-dix élèves des filières professionnelles, générales et technologiques ont participé activement à une séance d’information, de sensibilisation et de réflexion.

Les animateurs : Anaïs, Romain et Gaëlle
Les animateurs : Anaïs, Romain et Gaëlle

Gaëlle Queffélec, accompagnée de Romain et Anaïs, ses deux collègues, a en effet cherché à susciter le débat entre les lycéens en leur proposant des phrases polémiques : « Il faut être majeur pour s’investir dans la solidarité internationale. » « S’impliquer dans la solidarité internationale, c’est d’abord être motivé par la découverte et l’ouverture au monde. » « La solidarité internationale, c’est assistance et paternalisme. »

Se positionner sur une phrase « polémique »
Se positionner sur une phrase « polémique »

Chaque élève devait prendre position en se plaçant dans un camp : ceux qui approuvent la citation, ceux qui ne sont pas d’accord avec elle ou ceux qui demeurent indécis. La discussion pouvait alors s’engager, le but étant de faire bouger les lignes, au sens propre comme au sens figuré.

Un débat animé entre les élèves pour essayer de faire bouger les lignes
Un débat animé entre les élèves pour essayer de faire bouger les lignes

Au terme de débats intenses, parfois très animés, auxquels ont pris très activement part quelques élèves tels que Maëlle, Emeric, Julie, Damien, Paul, Youn, Élodie ou Elouan, Gaëlle Queffélec a pu délivrer des informations sur le volontariat, les chantiers de jeunesse, le bénévolat, l’engagement humanitaire, etc…

Il ne s’agissait pas tant de susciter des vocations que de déconstruire certains préjugés, d’éduquer à une autre vision de la solidarité internationale et de faire prendre conscience de la difficulté des missions menées sur le terrain dans les pays en crise.

Au vu de l’attroupement autour de l’animatrice à la fin de la séance et de la pertinence des questions posées, nul doute que le message est passé !

La solidarité internationale correspond à :

  • un acte réfléchi qui vise à induire des changements de comportements individuels et collectifs.
  • un acte politique qui vise à rendre plus équitables les règles de la politique mondiale.
  • un acte nécessaire pour tous car c’est la condition d’un monde plus juste !

Elle repose sur le partage et la réciprocité.