De multiples façons de s’engager

On peut s’engager de différentes façons :

 Faire un don (argent, vêtements, jouets, alimentaire, matériel scolaire…)

PNG - 14.6 ko

Les Dons d’argent

Ils permettent aux associations de mettre en place des projets et de les assurer sur le long terme.

Les Dons de vêtements

Un don qu’il faut faire prudemment. Il est préférable de passer par des structures de réinsertion pour éviter de détruire l’économie locale.

Les Dons de matériel scolaire et de livres

Un envoi de ce genre doit être préparé car il peut être mal pris par le pays receveur. En outre, l’envoi de manuels scolaires n’est jamais utile car le programme qu’il traite ne correspond pas à celui en vigueur dans le pays receveur.

Les Dons alimentaires

Envoyer de la nourriture peut être justifié dans les situations d’urgence (en privilégiant l’agriculture durable) mais, comme pour les vêtements, il ne faut pas casser l’économie locale.

 Être bénévole ou volontaire au sein d’une association

Quelle est la différence entre être bénévole et être volontaire ?

La principale différence entre un bénévole et un volontaire est que le volontaire a un contrat qui peut être renouvelé et touche une indemnité.

Être bénévole :

On peut par exemple faire du soutien scolaire, venir en aide aux personnes démunies ou encore superviser une animation sportive ou culturelle.

  • Sous ce statut, vous n’êtes pas rémunérés mais vous pouvez être dédommagés des frais engendrés par votre activité.
  • Vous n’avez pas d’horaires imposés.
  • Vous pouvez mettre un terme à votre activité quand vous le souhaitez (sans procédure ni dédommagement).
  • En cas de problèmes, l’association dispose normalement d’une assurance pour la protection des bénévoles.

Être volontaire :

Être volontaire est un engagement personnel mais aussi collectif. L’engagement peut aller de 1 mois à 2 ans.

JPEG - 9.5 ko

 Travailler dans l’humanitaire

  • - Il faut avant tout combattre les idées reçues pour ne pas oublier que les ONG (Organisation Non Gouvernementale) ou les ASI (Action de Solidarité Internationale) cherchent du personnel ayant de l’expérience et des qualifications.
  • Malheureusement, le nombre de candidatures est souvent supérieur aux besoins, et les critères de recrutement sont très stricts. Depuis une quinzaine d’années, leur champ d’action s’est cependant élargi.
  • - Les profils recherchés sont souvent les médecins, les infirmiers (personnels de santé), les ambulanciers, les ingénieurs et techniciens (en traitement d’eau et en BTP), les logisticiens, les administrateurs, les chefs de mission ou collecteurs de fonds.
  • - Les professionnels travaillent soit sur le terrain, soit au siège de l’organisation.

Secteurs d’intervention

Les missions depuis la France se déroulent à l’étranger, elles durent quelques mois à quelques années et sont destinées aux personnes ou collectivités qui endurent des difficultés sociales, économiques et médicales.

  • Les missions d’urgence consistent à prendre en charge des populations, lors de guerres, d’épidémies ou de catastrophes naturelles.
  • Les missions de post-urgence consistent à reconstruire les régions frappées par un sinistre.
  • Les missions de développement permettent aux régions peu développées de mettre en œuvre des programmes d’éducation, d’alphabétisation, d’agriculture ou de commerce équitable.

Profils appréciés :

  • La gestion est préparée par des logisticiens, logisticiens watsan (eau), administrateurs de missions, spécialistes du micro-crédit et chef sde mission ou représentants légaux de l’ONG ou ASI sur le terrain.
  • Le développement rural et urbain est géré par un développeur rural et un développeur urbain.
  • La santé est orchestrée par les médecins, infirmiers, sage-femmes, médecins spécialistes, aides soignants, psychologues, prothésistes, …
  • Le suivi au siège des ONG est réalisé par un chargé de suivi des programmes, un collecteur de fonds, un responsable technique, un délégué général, un responsable de la communication, un responsable des ressources humaines et un juriste.

 Participer à un chantier de jeunes bénévoles

Voir l’article sur les chantiers de jeunes

Monter son projet de solidarité internationale

  • Des projets avec déplacement physique des acteurs sont mis en place soit du Nord vers le Sud soit du Sud vers le Nord (dans le cadre d’un échange, un accueil est préparé pour les jeunes ou partenaires)
  • Le contenu ou les contenus peuvent au sein d’un même projet, s’articuler entre eux comme les constructions, animations, formations, échanges-découverte interculturels et la défense des droits humains.
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Gaëlle Queffélec :

Rue du Petit train - 29120 PONT-l’ABBÉ / tel : 02 98 66 08 09

mail

Retour à l’accueil