Dans le cadre du projet « Horizon mer » financé par la Région Bretagne, un riche programme attendait les élèves de 1re en ce printemps 2016 : conférences, sorties de terrain, visites d’exposition, découverte de la criée.

29 mars : découverte de la géomorphologie de la Baie d’Audierne ou du polder de Combrit

Sous la houlette de Jean-Claude Bodéré, un éminent géomorphologue, les 1re 2 & 3 ont arpenté le littoral de la baie d’Audierne.

Explications fournies par Jean-Claude Bodéré, géographe de la mer
Explications fournies par Jean-Claude Bodéré, géographe de la mer
Élèves de 1re 2 & 3 à la Pointe de la Torche (29 mars 2016)
Des traces d'une présence ancienne de l'homme
Des traces d’une présence ancienne de l’homme
A la pointe de la Torche, les élèves découvrent le kjökkenmödding. Jean-Claude Bodéré présente cet amas de déchets datant du mésolithique, enfouis dans le sol. Constitués essentiellement de coquillages, ceux-ci comprennent aussi des os de cerfs, de veaux ou de boeufs.
Ils témoignent ainsi d’une occupation de cette pointe granitique, il y a plus de 6000 ans.
Découverte du paléosol à Pors Carn
Découverte du paléosol à Pors Carn
Le littoral est un milieu en mouvement perpétuel : l’érosion met à jour les strates successives du terrain, du granit plus ou moins dégradé à la dune, en passant par le vieux sol.
La découverte du milieu est guidée par les explications de l’éminent géomorphologue Jean-Claude Bodéré.
Explications du géomorphologue pointe de la Torche
Explications du géomorphologue pointe de la Torche
Explications de Jean-Claude Bodéré à Tronoën -  voir en grand cette image
Explications de Jean-Claude Bodéré à Tronoën
Recul du trait de côte à Tréguennec -  voir en grand cette image
Recul du trait de côte à Tréguennec
L’érosion liée à la houle et au vent, accrue par l’exploitation des galets, entraîne un spectaculaire recul du trait de côte. Jadis construits sur la dune par les Allemands, les Blockhaus (composant le Mur de l’Atlantique) se trouvent désormais sur la plage. L’étude de terrain, en compagnie de Jean-Claude Bodéré, permet de mieux mesurer les phénomènes naturels amplifiés par l’action de l’homme.

Au même moment, les élèves de 1re 1 parcouraient le littoral de l’Île-Tudy/Combrit, de la digue de Kermor à la dune du Treustel, en passant par le polder.

29 mars : la logistique du transport maritime présentée aux élèves de 1re 6 & 7

Les élèves de 1re STMG, de leur côté, ont assisté à une intervention réalisée par des enseignants de l’IUT de Quimper, visant à présenter, non seulement, les formations au DUT GLT (gestion logistique et transport) mais aussi les métiers auxquels elles préparent.
Une opportunité pour ces lycéens de se projeter dans les études post-bac et, un peu, dans le monde professionnel.

30 mars : les femmes dans le secteur maritime, approche sociologique

Des perspectives historiques aux enjeux contemporains, Yvonne Guichard-Claudic, professeur de sociologie de l’UBO a présenté aux élèves le fruit de son travail de recherche.

Yvonne Guichard-Claudic, une sociologue au lycée
Yvonne Guichard-Claudic, une sociologue au lycée
Les femmes dans le domaine maritime, tel est le sujet d’études auquel elle a consacré une partie de sa carrière de chercheuse.

Pêche à pied, confection et entretien des filets, longues journées de travail à l’usine dans les conserveries de poisson, autant de tâches professionnelles effectuées par les femmes dans le secteur maritime en Bretagne.
Malgré la précarité de leurs conditions, jusqu’aux années 1970, elles demeurent « invisibles ».
C’est avec l’extension du salariat, que ces femmes, victimes de la division sexuelle du travail, s’organisent et gagnent quelque peu en reconnaissance. L’année 1997 constitue un tournant pour elles avec l’adoption du statut officiel de conjoint collaborateur.
Cependant, les femmes embarquées ne sont-elles pas toujours victimes de discriminations ? En 2010, en pêche, elles représentent seulement 3,4 % des effectifs… mixité ne veut donc pas dire égalité. Les inégalités femmes/hommes dans le domaine maritime sont bien réelles. Difficile d’y faire sa place.

31 mars : des Sables Blancs aux rochers de Lesconil

Explications de botanique -  voir en grand cette image
Explications de botanique
Pas toujours facile de prendre des notes en pleine nature ! -  voir en grand cette image
Pas toujours facile de prendre des notes en pleine nature !
Comme dans la salle de classe, il s’agit de retenir l’essentiel pour le retravailler ultérieurement. L’étude de terrain permet une approche concrète et plus parlante pour nombre d’élèves.
Cours de géographie en bord de mer -  voir en grand cette image
Cours de géographie en bord de mer
Le littoral transformé par l’homme ou comment des aménagements en un endroit peuvent entraîner des perturbations du milieu à plusieurs centaines de mètres.
Les actions anthropiques modifient ici la boucle sédimentaire qui permettait de recharger la plage et de réalimenter la dune.
Résultat : une érosion du cordon dunaire accentuée par la simple construction d’un pont sur le Ster de Lesconil.
Cours de SVT à Lesconil sur la digue construite en 1850 -  voir en grand cette image
Cours de SVT à Lesconil sur la digue construite en 1850
L’homme, par ses aménagements, perturbe involontairement le milieu et modifie la flore et la chaine alimentaire. L’exemple du débouché du Ster de Lesconil et de la Palue du Cosquer est édifiant.

31 mars : la criée du Guilvinec

Une partie du groupe devant Haliotika
Une partie du groupe devant Haliotika
62 élèves de 1re 1 & 2 étaient conviés à découvrir le fonctionnement du marché, à travers le système de vente aux enchères de poissons et autres crustacés.
Un deuxième groupe d'élèves de 1re 2 devant Haliotika -  voir en grand cette image
Un deuxième groupe d’élèves de 1re 2 devant Haliotika
Visite d'Haliotika par les élèves de 1re 1 & 2
Visite d’Haliotika par les élèves de 1re 1 & 2
Les explications de Rachel, notre guide
Les explications de Rachel, notre guide
La présentation de la pêche du jour
La présentation de la pêche du jour
Une lotte de 7 kg environ fait partie des lots vendus sous la criée.
Le clou de la visite : comprendre le marché avec l'exemple concret des langoustines
Le clou de la visite : comprendre le marché avec l’exemple concret des langoustines
Ce lot sera vendu 10,96 € le kg de 40 petites langoustines vivantes.