Chapitre complet pour impression

L’engagement associatif humanitaire : rencontre avec des bénévoles de l’AFIDESA

Le 28 Novembre 2013, Angéline Bosser, la présidente de l’AFIDESA, et Jean-Pierre Drézen, son vice-président, sont intervenus au lycée auprès d’un groupe de 2nde dans le cadre de l’accompagnement personnalisé. Deux semaines auparavant, deux autres groupes d’élèves avaient déjà rencontré Angéline Bosser et Michelle Andro, une autre bénévole de l’association.

Les lycéens ont pu leur poser les questions qu’ils avaient préparées durant les cours précédents. Les membres de l’AFIDESA leur ont présenté les objectifs de leur association et leurs motivations. Ils leur ont fait partager leurs points de vue sur la solidarité internationale et leur expérience du Burkina Faso.

 Quel dévouement pour l’association et l’action humanitaire !

Les membres de l’AFIDESA, principalement des retraités, donnent beaucoup de leur temps pour l’association, entre leurs voyages humanitaires au Burkina et les actions qu’ils mènent dans le Finistère, en particulier pour sensibiliser les habitants et les motiver à se lancer dans des actions de solidarité. Mais c’est un « sacrifice » qui permet d’aider les plus démunis, de se battre contre les injustices de ce monde et de lutter contre les inégalités, notamment entre les pays du Sud et ceux du Nord. Selon eux, « on ne peut imaginer la pauvreté, la misère, les souffrances des familles sans être allé sur place ». « C’est parce que j’ai toujours été révoltée par l’injustice, parce que je ne voulais plus voir des enfants mourir de faim que je me suis engagée » , a insisté Michelle Andro. « Si j’interviens auprès des lycéens, c’est surtout pour les sensibiliser et les faire réfléchir sur ce sujet. » Quant à Angéline Bosser, elle a précisé que, depuis toute petite, elle est attristée de voir des images d’enfants maigres parce qu’il n’ont pas à manger dans un monde où la nourriture ne fait pourtant pas défaut. Sa motivation première vient de là.

L’association agit principalement de deux manières :

  • Sur le terrain, au Burkina Faso, en particulier en faveur de l’éducation, pour aider à construire des classes, pour améliorer les conditions de vie à l’école et fournir le matériel nécessaire. Ils aident aussi les groupements féminins. Ainsi, ils espèrent contribuer au développement de la province du Sanguié.
  • Dans le Finistère, pour sensibiliser les élèves avec des interventions reconnues par l’inspection académique.
JPEG - 22.9 ko
Échanges avec Angéline Bosser (à gauche) et Michelle Andro, membres de l’AFIDESA

 1 tonne de papier = une table banc.

Mais pour pouvoir agir, il faut de l’argent : collecte et recyclage de papiers, ventes d’objets Burkinabés, récoltes de pomme de terres, vente de pain au chocolat par les Lycéens du Lycée Laennec, … dans le but d’obtenir des fonds pour réaliser des actions.

Cette rencontre aura permis aux lycéens de mesurer et de comprendre les différences qu’il y a entre leur mode de vie et celui des Burkinabés. Ils ont ainsi été sensibilisés aux besoins de ces populations et à la nécessité de mettre en place des actions pour récolter des fonds.

Travail réalisé par Nicolas LOUSSOUARN, Sacha JOLY, Nolwenn LE BRIS, Maëlle LE DONGE, Yvane MARTIN-REBOURS, Pauline BERDER, Emma DERRIEN, Thomas GUILLEMOT, Enora DOUGUET, Alexandra LE DOUGUET, Lindsay LE BLEIS, Sten LE MEN (2nde 2, 3, 4 et 5) - Sélection des meilleurs passages des comptes-rendus rédigés en accompagnement personnalisé

Voir en ligne : Le site de l’AFIDESA