Samedi 24 mai, la traditionnelle cérémonie de remise des récompenses du concours national de la Résistance et de la Déportation s’est tenue à Quimper sous la présidence du Préfet du Finistère, M. Jean-Luc Videlaine. A cette occasion, Camille Coïc, Maxence Lagogué et Elio Le Coz ont reçu leurs prix.

Quatre récompenses pour Laennec

Lauréate de l’épreuve individuelle avec une mention spéciale, Camille a eu l’honneur d’ouvrir la cérémonie en recevant son prix des mains du préfet. La victoire dans l’épreuve collective avec un dossier qui, rappelons-le, est sélectionné pour être présenté au jury national, lui a en outre valu, ainsi qu’à ses camarades, les félicitations de M. Maurice Laval, grand résistant et déporté.
Par ailleurs, Camille a également été récompensée par un prix spécial, le prix de la Résistance.

Camille récompensée à titre individuel
Camille récompensée à titre individuel
Camille reçoit son prix des mains de M. Jean-Luc Videlaine, préfet du Finistère

Grâce au travail qu’elle a réalisé avec Elio et Maxence, mais grâce aussi à l’implication des 24 élèves de 1re L/ES et à l’engagement du lycée Laennec dans le travail de mémoire, le jury leur a remis la 1re coupe d’établissement .

Chant des Partisans
Chant des Partisans

Cette cérémonie solennelle s’est par ailleurs déroulée au rythme des chants entonnés par nos trois lycéens : Le Chant de Partisans, dans un premier temps, avant la clôture de l’après-midi par le Chant des Marais.

Bravo à Camille, Elio et Maxence ! Félicitations aussi à tous les autres élèves de la classe !

Voyage en Normandie en guise de récompense

Les 20 et 21 mai, les lauréats du Concours de la Résistance étaient invités par le Comité départemental en Normandie.

Découvrons l’histoire
Eté 1944 – Normandie

Dans le cadre du Concours National de Résistance et de la Déportation, nous sommes partis sur les lieux clés du débarquement du 6 juin 1944 et de la bataille de Normandie. [C’était l’une des récompenses attribuées par le Comité Départemental du Prix de la Résistance et de la Déportation].

Tout d’abord, nous avons fait la visite du Mémorial de Caen, dans lequel nous avons pu visiter une exposition de l’Europe avant 1945. Malheureusement, par manque de temps, il ne nous a pas été possible de voir l’exposition de l’Europe après 1945. Un film nous a été proposé, le Jour-J. Ce musée nous a paru riche, organisé, intéressant, émouvant par moments, mais frustrant du fait du manque de temps consacré à la visite de Mémorial.
Le moment le plus émouvant pour tout le groupe a été la visite de l’Abbaye d’Ardenne, où le Résistant Alain Bodivit a provoqué en nous de l’empathie en raison de l’émotion qu’il a montrée.
Le dernier lieu historique de cette journée a été l’hôtel de ville de Caen, historiquement Abbaye aux hommes, dans lequel un élu local nous a honoré de sa présence et a prononcé un discours sur l’importance du devoir de mémoire que nous perpétuons aujourd’hui.

Réception à l hôtel de ville de Caen -  voir en grand cette image
Réception à l hôtel de ville de Caen

Le lendemain, nous sommes allés au cimetière allemand de La Cambe, qui au regard de ses 21 222 tombes, nous a une nouvelle fois beaucoup touchés. En face du cimetière, se trouvait le musée de la Paix qui a fait lui aussi l’objet d’une visite. S’en est suivie la visite du cimetière américain de Colleville-sur-Mer dans lequel nous avons eu l’honneur de participer à une cérémonie officielle en hommage aux soldats.

Cérémonie du souvenir au cimetière américain de Colleville-sur-Mer
Cérémonie du souvenir au cimetière américain de Colleville-sur-Mer
21 mai 2014 : Camille portant la gerbe du comité départemental du Prix de la Résistance et de la Déportation.
A ses côtés, deux autres lauréats du Concours, Alain Bodivit (ancien Résistant) et Alain Méléard (président du Comité finistérien).

En fin de séjour, nous nous sommes rendus au port artificiel d’Arromanches, pour y découvrir les vestiges (en béton) de ce port flottant imaginé par W.Churchill. Vint ensuite le visionnage d’un film imaginé par le Mémorial de Caen au cinéma 360° projeté sur 9 écrans disposés en cercle tout autour de la salle. Ce film est à notre avis une vraie réussite.
Pour finir notre séjour, la visite de Bayeux, où le Général Charles de Gaulle a mis le pied, le 14 juin 1944, pour la première fois depuis 1940, constitua aussi une étape de choix de notre périple.
En somme, ce voyage a été très enrichissant culturellement, particulièrement émouvant et devrait, pour nous, faire partie intégrante d’un programme d’Histoire-Géographie, tant son impact nous sensibilise au devoir de préserver la paix dans le monde.

Maxence Lagogué, Elio Le Coz , Camille Coïc.

8 mai : un message lu par Camille

Invités par Alain Méléard, président du Comité départemental du Prix de la Résistance et de la Déportation, Camille Coïc et Elio Le Coz ont participé à la 69e cérémonie publique départementale commémorative de la victoire de 1945.

La cérémonie du 8 mai à Quimper -  voir en grand cette image
La cérémonie du 8 mai à Quimper

Lors de cette cérémonie solennelle, présidée par le Préfet du Finistère, Jean-Luc Videlaine, Camille a eu l’honneur de lire le message de l’UFAC (Union française des associations de combattants et victimes de guerre).

Camille donnant lecture du discours de l'UFAC
Camille donnant lecture du discours de l’UFAC

Prononcés devant le monument de la Libération à Quimper, ses mots résonnent comme un écho au travail de recherche réalisé avec Elio sur les héros et les martyrs de la Libération : « en ce jour anniversaire, rendons hommage à tous les soldats français […] tués sur les différents théâtres opérationnels, aux soldats alliés engagés sur tous les fronts et dont le sacrifice permit la libération de la France ».

Elio et Camille en compagnie des anciens Résistants
Elio et Camille en compagnie des anciens Résistants

Camille poursuit, dans une continuité certaine avec son propre travail visant à honorer les héros et les martyrs de la Seconde Guerre mondiale : « Rendons hommage aux combattants de la Résistance et saluons la mémoire des hommes, des femmes et des enfants exterminés dans les camps nazis en raison de leur nationalité, de leur religion, de leurs convictions ou de leur engagement dans le combat. Souvenons-nous de tous ces sacrifices, souvenons-nous du prix de la Liberté ! »

Sa remarquable prestation lui vaut du reste les félicitations des autorités, du Préfet au Maire de Quimper, en passant par Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère, ou Maryvonne Blondin, Sénatrice du département.

Quant à Elio, il confie « j’ai beaucoup apprécié la lecture de Camille et le discours du Préfet [donnant lecture du discours de M. Kader Arif, Secrétaire d’Etat aux Anciens combattants et à la Mémoire] qui, tous deux, m’ont ému. »

Dépôt de gerbe
Dépôt de gerbe

Par la suite, Camille et Elio ont également aidé au dépôt de la gerbe du Souvenir Français et ont achevé la matinée en point d’orgue, à la Préfecture, où ils étaient conviés à la réception offerte par M. Le Préfet.

Réception à la Préfecture
Réception à la Préfecture

Cet événement s’inscrit aussi dans le prolongement de la Journée nationale du souvenir de la Déportation à laquelle ont participé plusieurs élèves de la section européenne allemand, à Plobannalec-Lesconil, le dimanche 27 avril. A cette occasion des lycéens de 2de et de 1re avaient en effet rendu hommage aux internés des camps nazis en entonnant, dans la langue de Goethe, le Chant des Marais (das Börgermoorlied).

Une matinée inoubliable pour les deux lycéens qui ont dignement représenté leur établissement en ce 8 mai 2014 : « c’était la première cérémonie officielle à laquelle je participais. J’ai été impressionné par le côté protocolaire et militaire. Enfin, il était intéressant de revoir M. Bodivit [ancien Résistant du réseau Turma] et de discuter avec lui », souligne Elio.
Quant à Camille, elle estime que « préserver la mémoire de nos aïeux, célébrer ceux qui ont œuvré pour la France d’aujourd’hui est un devoir de citoyen qui me semble fondamental. J’étais fière et honorée qu’on m’ait proposé de lire un discours : il ne suffit pas d’être lauréate d’un concours (pour ma part du concours national de la Résistance), il faut en mériter le titre et c’est son engagement et son investissement dans le devoir de mémoire qui y contribuent. »

Dépôt de gerbe Le prix de la Résistance attribué à Camille