Chapitre complet pour impression

Conférence de l’AFIDESA : le Burkina Faso, un PMA en quête d’un développement durable

Invités à présenter les actions qu’ils mènent dans une région du Burkina Faso, les bénévoles de l’Action Finistérienne de Développement du Sanguié (AFIDESA) ont sensibilisé les élèves des cinq classes de 2nde générale et technologique aux questions du développement et de la solidarité internationale.

Témoignant de leur expérience du terrain, Michelle Andro et Angéline Bosser, accompagnées de Véronique Frenkel et Marcelle Joncour, ont présenté aux lycéens la situation de cette province burkinabée où est implanté l’établissement de Réo, jumelé avec le lycée Laennec depuis 2004.

Chacune des cinq classes de 2nde, séparément, a bénéficié de cette intervention d’une durée de deux heures. S’appuyant sur un très riche diaporama, celle-ci était structurée selon trois grands thèmes :

  • les difficultés de développement (problèmes de l’enclavement et des transports, alimentation, accès à l’eau, santé, éducation,…)
  • les solutions mises en œuvre (par les populations locales ou par les associations de solidarité internationale)
  • les résultats obtenus (les quelques progrès réalisés mais aussi l’ampleur de la tâche qu’il reste à accomplir).
JPEG - 28.9 ko
Conférence de l’AFIDESA (13 décembre 2013)
Michelle Andro (à gauche) et Angéline Bosser (à droite) accompagnées de Véronique Frenkel et Marcelle Joncour font part de leur expérience de terrain. Tous les ans, elles se déplacent dans la province du Sanguié (Burkina Faso) pour assurer le suivi des actions de solidarité qu’elles initient en Pays bigouden.

Un discours empreint d’un grand humanisme et d’une inébranlable foi dans la capacité de la population du Sanguié à progresser sur la voie du développement. Comme aime à le répéter, Michelle Andro, « grâce aux femmes, l’Afrique s’en sortira. Mais il faut les aider, leur permettre d’accéder à la scolarité et à l’alphabétisation ». Assurément, l’avenir du continent repose sur leurs frêles mais solides épaules, elles qui, au Sanguié, s’activent du matin au soir, un enfant dans le dos. C’est du reste en ce sens que l’AFIDESA œuvre auprès de groupements féminins et au sein des écoles. Il faut leur donner les moyens, par l’éducation, de maîtriser la fécondité, d’éviter les grossesses précoces et les IST et tout simplement d’apprendre à lire, à écrire et à compter.

JPEG - 41.7 ko
Conférence de l’AFIDESA (13 décembre 2013)
Un échange interactif grâce aux nombreuses questions posées par les élèves (ici la classe de 2nde3)

Une information interactive qui vise à éduquer non seulement à la solidarité internationale mais aussi à une citoyenneté mondiale et qui invite les lycéens de Pont-l’Abbé à entreprendre des échanges avec ceux de Réo.

Voir en ligne : Le site de l’AFIDESA